La Presse: Pas de turban sur les terrains de soccer québécois

Montréal) L'Organisation mondiale des sikhs du Canada (OMSC) songe à poursuivre la Fédération québécoise de soccer (FQS), qui a reconduit samedi l'interdiction visant le port du turban sur les terrains de soccer de la province, une situation unique au Canada.

http://www.lapresse.ca/sports/soccer/201306/02/01-4656877-pas-de-turban-sur-les-terrains-de-soccer-quebecois.php

« Nous tentons d'établir le dialogue avec la FQS depuis 2011, mais ils ne répondent pas à nos demandes », s'est désolé dimanche soir Balpreet Singh, de l'OMSC à Toronto. « Nous espérons toujours parvenir à discuter avec eux, mais nous envisageons désormais toutes les options, y compris une poursuite en raison d'une violation des droits humains », a ajouté l'avocat de formation.

Parce que le port du turban, du patka et du keski n'est pas prévu dans la Loi 4 de la Fédération internationale de Football Association (FIFA), ces équipements ne seront pas acceptés lors des matchs de soccer tenus au Québec, a tranché le conseil d'administration de la FQS.

Résultat : les hommes et les garçons de la communauté sikhe devront rester à l'écart cet été, comme le fait Mukhbir Singh, vice-président de l'OMSC, pour une deuxième saison cette année.

« Je suis déçu », a-t-il admis dimanche. « Et je suis inquiet pour les enfants qui ne peuvent pas jouer. Je m'inquiète des effets de cette décision à long terme. Comment vont-ils s'intégrer dans la société? Comment vont-ils se sentir par rapport à leur identité? » Pour Balpreet Singh, il est « fort dommage d'empêcher des enfants de 7 ou 8 ans de jouer au soccer ». « Ils vont passer l'été à la maison », a-t-il laissé tomber.

Mukhbir Singh, qui occupe la fonction d'entraîneur de son équipe à défaut de pouvoir jouer, écarte également la possibilité de créer une ligue de soccer pour les membres de la communauté sikhe seulement. « Je ne veux pas qu'on s'isole », a dit le jeune homme, fort de l'appui de ses coéquipiers.

Au Québec, il est actuellement possible pour les filles de jouer avec un hijab. Les hommes, en revanche, ne peuvent porter le turban sur le terrain, pas plus qu'ils ne sont autorisés à recouvrir leur tête d'un simple foulard - qui ressemblerait pourtant au turban que portent les adeptes du sikhisme. « Pourtant, le sexe du joueur ne devrait rien y changer », a souligné Mukhbir Singh.

La Loi 4 de la FIFA stipule notamment qu'un joueur « ne doit pas porter d'équipement potentiellement dangereux pour lui ou tout autre joueur ». Or, l'association accepte que les filles portent un modèle précis de hijab. À Soccer Canada, la politique est la même, et elle s'étend également aux joueuses qui portent le turban ou le patka, un autre type de bandeau. En septembre, Soccer Canada a recommandé à la FQS d'autoriser le port du turban, a confirmé la directrice des communications, Michèle Dion. « Malgré la directive qu'elle a reçue, la Fédération a choisi d'interdire le turban », s'est désolé Mukhbir Singh. « On dirait qu'ils le font exprès. » La FQS doit expliquer sa décision dans une conférence téléphonique lundi.


Donate Volunteer Report Legal Issue

connect