What is the significance of the turban?

Significance of the Turban

To understand the spiritual significance of the turban, one must understand the history and philosophy of the Sikhs. 

Sikhs are vehemently opposed to the differential treatment of people for reasons such as gender, race, or religion, which is reflected in Sikh teachings, philosophies, and practices.  They believe in the abolishment of class distinctions (like a caste system of social hierarchy) and denounce the persecution of individuals on the basis of distinctions like race, creed, gender, ethnicity, belief, tradition or lifestyle.  Sikh Scripture remains universally unique in that it demonstrates many of the principles of equality that Sikhs believe in.  Women are given a significant role in Sikh scriptures, which are in many places written in the feminine voice and reflect a belief in a God who is referred to as both mother and father.  

Guru Nanak (1469-1539) inspired people to feel the presence of God through hard work, family, community service and defence of the downtrodden.  A cornerstone of his philosophy was the emancipation of women, who faced significant discrimination in 16th century India. 

In the society in which Guru Nanak lived, women were required to cover their faces before men, as a sign of humility and respect for men, who held a higher social status then women. Guru Nanak rejected this tradition, and stated that no woman should be required to cover her face before man, since God had created men and women as equals.  Both Sikh men and women were enjoined to cover their heads as a mark of respect and humility before God and in doing so the Sikh faith reinforced the fundamental equality of both men and women.

From the time of Guru Nanak, the turban became synonymous with the outward identity of a Sikh, and has continued to stand for the Sikh belief in gender equality, humility, and the supremacy of God. 

Over the centuries, the Sikh community developed and prospered under the leadership of Guru Nanak's nine successors.  This culminated in the creation of the present day initiation ceremony in the Sikh faith by the 10th Guru, Guru Gobind Singh in 1699.  For philosophical reasons outlined above, and the additional practical reason of covering the unshorn hair (one of the five articles of faith mandated by Guru Gobind Singh), the wearing of the turban is an integral component of the Sikh identity and a sacred article of faith.

Wearing of the Turban 

For practicing Sikhs, the turban is essential to their identity, and removing it is inconceivable.  The turban not only serves a spiritual function, as noted above (ie. to reflect the Sikh belief in gender equality, humility, and the supremacy of God), but also serves the practical function of covering, and keeping in place the uncut hair of a Sikh. 

The turban is not a religious symbol but an article of faith.  While items like a crucifix or other jewelry are optional, the turban is mandatory and cannot be removed. Symbols are simply representations of the real object. The turban has a religious significance but it is much more than just a symbol.  The identity of the Sikh is reflected in the wearing of the turban. 

The turban is not like a hat in that it cannot simply be put on and taken off.  It is carefully tied every day.  It is worn at all times indoors and outdoors by observant Sikhs.  There are various styles and sizes of turban. Younger children often wear a patka which is a square piece of cloth tied on the head. At home or for sleep, a smaller turban or keski is worn in place of the larger turban.  Depending on personal preference, wearers choose different colours or fabrics for the turban. 

It is inconceivable that Sikhs who keep their unshorn hair would not cover it with a turban. 

As the turban is such an integral part of the Sikh identity, being forced to remain without it is tantamount to asking Sikhs to do something which is completely against their beliefs. Sikhs believe that God is everywhere, and as a sign of respect for God, and a reflection of their humility and belief in equality between men and women, Sikhs wear the turban everywhere. 

Just as an individual would be extremely embarrassed in having to appear in a state of undress, a Sikh would feel a similar level of humiliation in being forced to remove the turban.  Bodies across Canada such as police forces and the Canadian Border Security Agency hold the removal of the turban to be tantamount to a strip search. 


 

 

Le Turban et La Foi Sikhe 

Qu’est ce que la foi Sikhe? 

La foi sikhe est la cinquième religion du monde avec plus de 22 millions d'adhérents dans le monde entier. Il y a environ 10 000 sikhs au Québec. La foi sikhe est une religion monothéiste fondée en 1469, par Gourou Nanak, le premier de 10 gourous sikhs. Le mot «sikh» signifie étudiant, et les sikhs sont des élèves ou disciples des gourous. La foi sikhe a comme base, une croyance en un Dieu unique et l'égalité de chaque personne, peu importe leur sexe, leur classe, leur race ou leur foi.  

Après la mise en place de la religion par Gourou Nanak, la religion a traversé une période d'évolution de plus de 200 ans, qui a abouti à la création d'un groupe nettement distinct de disciples qui étaient identifiables de vu par leurs articles de foi.

Les trois règles fondamentales de la foi sikhe sont de se souvenir de Dieu en tout temps, de gagner sa vie par des moyens honnêtes et de partager cette vie et ses ressources avec d'autres.

Il est important qu'un sikh vive et incarne les valeurs de la foi sikhe, ce qui rend la manifestation externe des croyances essentielles. La foi sikhe est intrinsèquement porteuse d’un message de vie, avec l'idéal d'une vie de travail, de pratique religieuse et de charité. L'identité sikhe est une manière pratique et visible de reconnaître un individu qui s'est lancé dans cette voie. Ainsi, les articles de foi, portés par un sikh sont intrinsèques à l'identité des sikhs.

Signification du Turban 

Pour comprendre la signification spirituelle du turban, il faut comprendre l'histoire et la philosophie des sikhs.

Les sikhs sont farouchement opposés aux différences de traitement des personnes pour des raisons telles que le sexe, la race ou la religion, ce qui se reflète dans les enseignements, les philosophies et les coutumes sikhes. Ils croient en l’abolition des distinctions de classe (comme un système de hiérarchie sociale des castes) et dénoncent la persécution d'individus sur des différences de race, de croyance, de sexe, d’appartenance ethnique, de tradition ou de mode de vie. Les Écritures saintes sikhes restent universellement uniques, car elles illustrent plusieurs des principes d'égalité dont les sikhs croient. Les femmes sont données un rôle très significatif dans les Écritures saintes sikhes, qui sont dans de nombreuses sections, rédigé dans la voix féminine et reflètent une croyance en un Dieu qui est mentionné comme mère et père.

Gourou Nanak (1469-1539) inspire les gens à ressentir la présence de Dieu à travers le travail acharné, la famille, le bénévolat et la défense des opprimés. Une pierre angulaire de sa philosophie était la libération des femmes qui faisaient face à une grande discrimination en Inde au 16e siècle.

Dans la société dans laquelle vivait Gourou Nanak, les femmes étaient obligées de couvrir leurs visages devant les hommes, en signe d'humilité et de respect envers les hommes, qui détenaient un statut social supérieur aux femmes. Gouru Nanak a rejeté cette tradition et a indiqué qu’aucune femme ne devrait être obligée de couvrir son visage devant les hommes, étant donné que Dieu avait créé les hommes et les femmes égaux. Les hommes sikhs et les femmes ont été donc invités à se couvrir la tête en signe de respect et d'humilité devant Dieu et de cette manière, la foi sikhe a renforcé l'égalité fondamentale des hommes et des femmes.

Depuis l'époque de Gourou Nanak, le turban est devenu synonyme de l'identité externe d'un sikh et a continué de supporter la croyance sikhe dans l'égalité des sexes, l'humilité et la suprématie de Dieu.

Au cours des siècles, la communauté sikhe a développé et a prospéré sous la direction de neuf successeurs de Gourou Nanak. Ceci a abouti à la création de la cérémonie d'initiation actuelle dans la foi sikhe par le 10e gourou, Gourou Gobind Singh en 1699. Pour des raisons philosophiques expliquées ci-dessus et de plus une raison pratique de couvrir les cheveux longs (l'un des cinq articles de foi mandatés par Gouru Gobind Singh), le port du turban est une partie intégrante de l'identité sikhe et un article de foi sacré.

Le port du Turban 

Pour les sikhs pratiquants, le turban est essentiel à leur identité, et l'enlever est inconcevable. Le turban sert non seulement une fonction spirituelle, comme indiqué plus haut (ex. pour refléter la croyance sikhe de l'égalité des sexes, l'humilité et la suprématie de Dieu), mais également une fonction pratique de couvrir et maintenir en place les cheveux non-coupés d'un sikh.

Le turban n'est pas un symbole religieux, mais un article de foi. Alors que les articles comme un crucifix ou d'autres bijoux sont facultatifs, le turban est obligatoire et ne peut pas être enlevé. Les symboles sont simplement des représentations de l'objet réel. Le turban a une signification religieuse, mais il est bien plus qu'un symbole. L'identité des sikhs se reflète dans le port du turban.

Le turban n'est pas un chapeau, car il ne peut pas simplement être chapeauté et enlevé. Il est enroulé avec soin tous les jours. Il est porté en tout temps par les sikhs pratiquants autant à l’intérieur et qu’à extérieur. À la maison ou pour dormir, un plus petit turban ou keski est porté à la place du plus grand.

Il est inconcevable que les sikhs qui gardent leurs cheveux longs ne les couvrent pas avec un turban.

Comme le turban est partie intégrante de l'identité sikhe, les forcer à rester sans celui-ci équivaut à demander aux sikhs de faire quelque chose qui est totalement contraire à leurs croyances. Les sikhs croient que Dieu est partout, et comme signe de respect pour Dieu et le reflet de leur humilité et leur croyance en l'égalité entre les hommes et les femmes, les sikhs portent le turban en tout temps.

Tout comme un individu serait extrêmement embarrassé d'avoir à se présenter déshabillé, un sikh sentirait le même niveau d'humiliation en étant obligé de retirer son turban. Des organisations partout au Canada, telles que les forces policières et l’Agence des Services frontaliers du Canada maintiennent que enlever le turban équivaut à une fouille corporelle (nue).