Reconsideration Motion Filed At Supreme Court for QNA Kirpan Appeal

(French follows below)

Ottawa (December 5, 2018): A motion for reconsideration has been filed with the Supreme Court of Canada with respect to the court’s decision to deny leave for appeal in the Singh, et al. v. Attorney General of Québec.  The appellants, Balpreet Singh and Harminder Kaur argue in their motion that two unusual and interrelated circumstances have given rise to the “exceedingly rare circumstances” which warrant the court’s reconsideration.  Specifically, the Supreme Court’s decision in Chagnon v. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec and secondly, the election of the Coalition Avenir Québec (CAQ), which has championed discriminatory policies that will disproportionately affect religious minorities.

In January 2011, the appellants in the case, Harminder Kaur and Balpreet Singh were part of a WSO delegation that had been invited to make a presentation at the Quebec National Assembly on Bill 94 which would deny essential government services, public employment to individuals who wear facial coverings. The WSO’s team was excluded from the hearing before the Committee on Institutions because they were wearing the kirpan. The Sikh faith requires initiated men and women to wear the five Sikh articles of faith, including the kirpan, at all times. 

In February 2018, the Quebec Court of Appeal rejected the WSO’s appeal on the grounds that the Quebec National Assembly may exclude individuals based on parliamentary privilege. The Superior Court decision below had upheld the authority of the QNA to "exclude kirpans from its precincts as an assertion of parliamentary privilege over the exclusion of strangers.''

The Supreme Court of Canada denied leave to the appellants on October 25, 2018 and as usual, did not provide reasons for its decision. 

Rules 47 and 73 of the Rules of the Supreme Court of Canada provide for the reconsideration of an application for leave to appeal where there are “exceedingly rare circumstances”. 

The appellants have submitted that the Supreme Court of Canada released a decision in  Chagnon v. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec which develops a new framework for legislatures exercising parliamentary privilege when Charter rights are at stake.  The framework developed in Chagnon replaced the framework that was used to decide Singh v. A.G. Quebec.  The motion for reconsideration argues that the interpretation from the Court of Appeal is inconsistent with the analytical framework for determining the scope of parliamentary privilege developed by the Court in Chagnon, and the result appears to permit legislative assemblies to exclude participants on the basis of religious or other protected grounds which could lead to widespread discrimination against religious minorities.

The motion for reconsideration also notes that since the election of the CAQ in the October provincial election in Quebec, the CAQ has advanced disturbingly discriminatory policies and rhetoric that have stoked the flames of intolerance in Québec. In particular, the CAQ aims to implement a blanket prohibition on certain religious symbols such as the kippa or the hijab in public workplaces. Despite framing its policies in terms of “secularism”, the CAQ has disproportionately targeted minorities and vulnerable citizens while protecting historically-dominant beliefs. The CAQ has announced publicly that it intends to invoke section 33 of the Charter of Rights and Freedoms to the extent that its proposed legislation violates the guaranteed rights of Canadians.

The appellants argue in their motion for reconsideration that in these circumstances, the Court of Appeal’s decision has become a dangerous precedent that could function as a judicially-endorsed justification for blanket exclusions of religious minorities from democratic participation at the National Assembly of Quebec and that In this context, it is imperative that the Supreme Court address the privilege to exclude strangers in light of the framework set out in Chagnon to ensure that an outdated appellate precedent is not used to further policies of exclusion and intolerance.

WSO legal counsel Balpreet Singh, also the appellant in the case, said today, “we believe that there are indeed exceedingly rare and pressing circumstances in Quebec today that should lead to the Supreme Court of Canada reconsidering its decision to deny leave to appeal in Singh, et al. v. Attorney General of QuébecThe framework set out in Chagnon for legislatures exercising parliamentary privilege when Charter rights are at stake clearly means that the analysis that took place at the lower courts needs to be revisited.  I understand that the doctrine of “parliamentary privilege” is meant to ensure “the proper functioning of our constitutional democracy.” I fear that with the election of Mr. Legault’s CAQ government, it will be used to subvert our constitutional democracy by suppressing some but not all voices in the political discourse. And, with a government that seems to have no qualms about invoking the “Notwithstanding Clause”, I cannot see how religious and other minorities will be protected.”

The World Sikh Organization of Canada (WSO) is a non-profit organization with a mandate to promote and protect the interests of Canadian Sikhs as well as to promote and advocate for the protection of human rights for all individuals, irrespective of race, religion, gender, ethnicity, and social and economic status.

______________________

Ottawa (le 4 décembre 2018): La demande d’une motion pour un appel en révision a été déposée avec la Cour suprême du Canada en ce qui concerne la décision du tribunal de refuser l’autorisation d’interjeter l’appel dans le cas de Singh, et al. v. Attorney General of Québec. Les appelants, Balpreet Singh et Harminder Kaur soutiennent dans leur requête que deux circonstances inhabituelles et interreliées ont donné lieu aux « circonstances extrêmement rares » qui justifient le réexamen du tribunal. En particulier, la décision de la Cour suprême du Canada dans le cas de Chagnon v. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec et aussi l’élection de la Coalition Avenir Québec (CAQ) ont favorisé des politiques discriminatoires qui vont affecter de façon disproportionnée les minorités religieuses. La requête en réexamen a été déposée auprès de la Cour le 26 novembre 2018. En janvier 2011, les appelants dans le cas, Balpreet Singh et Harminder Kaur faisaient partie d’une délégation de la WSO qui a été invitée pour donner une présentation à l’Assemblée national du Québec sur le projet du loi 94 qui a pour but d’exclure les services gouvernementaux et les emplois dans la fonction publique aux individus qui recouvrent le visage. L’équipe de la WSO a été exclue devant la Commission des institutions car ils portaient le kirpan. La foi sikhe exige que les hommes et les femmes baptisés portent les cinq articles de foi sikh, y compris le kirpan, en tout temps. 
En février 2018, la Cour d’appel du Québec a rejeté l’appel de la WSO au motif que l’Assemblée nationale du Québec pouvait exclure des personnes en invoquant le privilège parlementaire. La décision de la Cour supérieure ci-dessous a confirmé le pouvoir de l’ANQ d’exclure les kirpans de son enceinte en invoquant le privilège parlementaire sur l’exclusion des étrangers. La Cour suprême du Canada a refusé l’autorisation d’appel aux appelants le 25 octobre 2018 et comme d'habitude, n'a pas fourni de raisons de sa décision. Les règles 47 et 73 des Règles de la Cour suprême du Canada prévoient le réexamen d’une demande d’autorisation d’appel lorsqu’il y a « des circonstances extrêmement rares ». Les appelants ont présenté que la Cour suprême du Canada a rendu une décision dans Chagnon c. Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec qui établit un nouveau cadre pour les assemblées législatives exerçant le privilège parlementaire lorsque les droits garantis par la Charte sont en jeu. 
Le cadre développé dans Chagnon a remplacé celui qui a été utilisé pour décider Singh v. A.G. Québec. Le mouvement pour la reconsidération soutient que l'interprétation de la Cour d'appel est contradictoire avec le cadre analytique pour déterminer le périmètre de privilège parlementaire développé par la Cours dans Chagnon et que le résultat semble permettre aux assemblées législatives d'exclure des participants sur la base de raisons religieuses ou des motifs protégés religieux qui pourraient mener à la discrimination répandue contre des minorités religieuses. La motion de réexamen souligne également que depuis l’élection de la CAQ aux élections provinciales d’octobre au Québec, la CAQ a proposé des politiques et des discours discriminatoires inquiétants qui ont attisé les flammes de l’intolérance au Québec. Particulièrement le CAQ a pour but de mettre en œuvre une interdiction générale de certains symboles religieux comme la kippa ou le hijab dans des lieux de travail publique. Malgré le cadrage de ses politiques en term "de laïcité", le CAQ a d'une façon disproportionnée visé les minorités et les citoyens vulnérables tout en protégeant des croyances historiquement dominantes. La CAQ a annoncé publiquement son intention d’invoquer l’article 33 de la Charte des droits et libertés dans la mesure où la loi qu’elle propose viole les droits garantis aux canadiens. Les appelants soutiennent dans leur mouvement pour la reconsidération que dans ces circonstances, la décision de la Cour d'appel est devenue un précédent dangereux qui pourrait fonctionner comme une justification juridiquement approuvée pour les exclusions générales de minorités religieuses de la participation démocratique à l'Assemblée nationale du Québec et que dans ce contexte, il est impératif que la Cour suprême reconnais le privilège d'exclure des étrangers à la lumière du cadre exposé dans Chagnon pour S’assurer qu'un précédent d'appel démodé n'est pas utilisé pour faire avancer les politiques d'exclusion et l'intolérance.
Le conseiller juridique de la WSO Balpreet Singh, aussi l'appelant dans le cas, a dit aujourd'hui que, « nous croyons qu'il y a beaucoup de circonstances rares et urgentes au Québec aujourd'hui qui devraient mener à la Cour suprême du Canada à reconsidérer sa décision de refuser l’autorisation d’interjeter l’appel dans Singh, et al. v. Attorney General of Québec. Le cadre établi dans Chagnon pour les législatures exerçant le privilège parlementaire quand les droits de Charter sont en jeu clairement signifie clairement que l'analyse qui a eu lieu aux tribunaux inférieurs doit être revue. Je comprends que la doctrine « du privilège parlementaire » doit assurer « le fonctionnement approprié de notre démocratie constitutionnelle. »  Cependent, je crains qu'avec l'élection du gouvernement CAQ de M. Legault, il soit utilisé pour renverser notre démocratie constitutionnelle en supprimant certains, mais pas toutes les voix dans le discours politique. Et, avec un gouvernement qui semble n'avoir aucun scrupule de l'invocation de la « clause dérogatoire », je ne vois pas comment les minorités, incluant les minorités religieuses seront protégées.»

Donate Volunteer Report Legal Issue

connect