Le Devoir: Ottawa accueille le kirpan dans ses ambassades

Ottawa — Alors que les péquistes jaugent la part de responsabilité de la charte des valeurs dans leur déconfiture électorale, Ottawa s’élance résolument dans une direction opposée. Le gouvernement fédéral a annoncé lundi que le port du kirpan serait désormais autorisé dans toutes les ambassades et missions canadiennes à l’étranger.

http://www.ledevoir.com/politique/canada/405577/ottawa-accueille-le-kirpan-dans-ses-ambassades

15 avril 2014 | Hélène Buzzetti | Canada

Ottawa — Alors que les péquistes jaugent la part de responsabilité de la charte des valeurs dans leur déconfiture électorale, Ottawa s’élance résolument dans une direction opposée. Le gouvernement fédéral a annoncé lundi que le port du kirpan serait désormais autorisé dans toutes les ambassades et missions canadiennes à l’étranger.

 

« La diversité du Canada compte parmi ses plus grands atouts, et la liberté de religion est une valeur canadienne fondamentale », a déclaré le ministre d’État au multiculturalisme, Tim Uppal, par voie de communiqué de presse. M. Uppal n’a pas accordé d’entrevue au Devoir. « La nouvelle politique de notre gouvernement sur le kirpan servira d’exemple et fera la promotion des valeurs canadiennes dans le monde entier. »

 

Croyance religieuse sincère

 

La consigne exigera que le kirpan soit placé dans un fourreau fixé à une ceinture portée en bandoulière sous les vêtements. Pour s’assurer que le port du kirpan est bien le fruit d’une croyance religieuse sincère, il faudra que la personne porte les quatre autres éléments de la religion sikhe : le bracelet de fer, le turban, le peigne à cheveux et un caleçon spécifique. Aucune règle sur la longueur de la lame n’est stipulée.

 

Le président de la World Sikh Organization of Canada (WSOC), Amritpal Singh Shergill, a applaudi à l’annonce. « Nous sommes très reconnaissants au gouvernement du premier ministre Harper de comprendre l’importance d’accepter cet élément de notre foi. » Le conseiller juridique du groupe, Balpreet Singh, a abondé dans ce sens.« L’acceptation du kirpan dans les missions canadiennes envoie un message fort que le gouvernement du Canada s’engage à protéger les valeurs de l’égalité et du respect qui sont chères aux Canadiens. »

 

La WSOC a participé à l’élaboration du règlement avec Ottawa. Elle clame avoir fait de même avec les gouvernements de l’Alberta, de la Colombie-Britannique et de l’Ontario pour permettre, dans les trois cas, le port du kirpan dans les tribunaux.

 

La WSOC s’est surtout fait connaître au Québec en 2011 lorsqu’une de ses délégations de quatre personnes s’est fait interdire l’accès à l’Assemblée nationale pour cause de port du kirpan. Balpreet Singh en faisait partie. Tous avaient préféré rater leur comparution en commission parlementaire (sur l’interdiction du voile intégral) plutôt que de retirer leurs poignards. À la suite de l’incident, l’Assemblée nationale a adopté une motion unanime (113 députés étaient présents, dont le premier ministre d’alors, Jean Charest) pour réitérer l’interdit dans l’enceinte parlementaire.

 

Le port du kirpan est permis dans les édifices parlementaires fédéraux, dans celui de la Cour suprême du Canada et dans les écoles, depuis un jugement de 2006 du plus haut tribunal du pays. Il a été impossible de faire confirmer lundi qu’il est interdit dans les tribunaux du Québec (tout comme au Manitoba et dans cinq autres provinces canadiennes).

 

Le Parti libéral du Canada salue cette décision. « On n’a pas de problème avec cette politique. Elle est acceptable », a indiqué au Devoir le député Marc Garneau. Le Bloc québécois, au contraire, s’en dit déçu « pour des exigences de sécurité qui doivent s’appliquer à tous », explique le député Jean-François Fortin. « Il ne doit pas y avoir deux poids deux mesures dans la définition de ce qu’est un couteau. […] On ne peut pas présumer que ce type d’objet ne pourrait pas être utilisé par quelqu’un de malveillant de manière agressive. »

 

Incidents

 

Les incidents impliquant un kirpan sont en effet extrêmement rares, mais pas inexistants. En 2010, à Brampton (la ville où le ministre Uppal a justement fait son annonce lundi), l’avocat Manjit Mangat a été poignardé à l’abdomen avec un kirpan, ce qui lui a laissé une entaille de 12 centimètres. La tentative de meurtre s’est produite devant un temple sikh où une foule en colère dénonçait la présence d’un orateur contesté. L’incident, a indiqué la police, s’inscrivait dans le contexte plus large d’une guerre de factions pour la prise de contrôle du temple.

 

En 2008, un élève de l’école secondaire montréalaise LaSalle avait été accusé d’avoir menacé deux autres jeunes avec son kirpan et une des épingles retenant ses cheveux, qu’il ne peut couper pour des raisons religieuses. Un tribunal l’a reconnu coupable en avril 2009, mais seulement de la menace avec l’épingle.

 

Personne à Ottawa n’a été en mesure d’expliquer pourquoi le besoin s’est fait sentir cette année de modifier la règle existante. Tout au plus rappelle-t-on que les sikhs célébraient lundi la fête de Vaisakhi marquant la fondation de l’Ordre des purs. En coulisses, on assure que cette annonce n’avait pas été planifiée en fonction de l’échéancier électoral québécois.


Donate Volunteer Report Legal Issue

connect